26-07 - 31-07-2016

Lieux

La Barbacane

La Barbacane

À l’intérieur du parc Planty, enceinte verte entourant la Vieille Ville où l'on se ballade aujourd'hui volontiers, il y a un bâtiment en briques, presque circulaire, avec des tourelles caractéristiques. Il s’appelle la Barbacane. Aujourd’hui, cette forteresse n’accomplit plus sa fonction militaire. Au Moyen Âge, à Cracovie, elle faisait partie de la Route Royale, point essentiel de la ville. Cette route passait par la Porte Saint-Florian, poursuivant la rue Floriańska jusqu’à la Grande Place devant la Basilique Notre-Dame prenait ensuite la rue Grodzka jusqu’au château de la Wawel. C’est ce chemin qu’empruntaient les invités de la ville, les futurs rois avant leur sacre, les cortèges avec le roi, diplomates et marchands.

Les héros des guerres, de vaillants commandants avec leurs prisonniers sont entrés par la Barbacane. C’est la raison pour laquelle cette forteresse portait le nom de Porte de la Gloire (Porta Gloriae). Aux XVème et XVIème siècle, cette forteresse, grâce à son architecture spécifique, constituait un point important pour la défense de Cracovie. En raison du danger croissant des invasions turques et tatares, la Barbacane était censée défendre avant tout l’arsenal municipal.

Initialement, la Barbacane était reliée directement à la Porte Saint Florian par un «col» - couloir en pierre et était entourée par un fossé, mais ni le col ni le fossé n'ont été conservés jusqu’à nos jours. On pouvait entrer sous la Barbacane par une porte ogivale avec un pont-levis jeté au-dessus d’une fosse remplie d’eau, grâce auquel en cas d’attaque, les soldats de garde pouvaient fuir. Les constructeurs ont pris soin d’édifier des murs très solides. La partie de la Barbacane, située au-dessus du niveau de l’eau, a été construite en briques. Mais l’ensemble des murs était très résistante aux obus. Les murs ont de 45 cm à 3 mètres d’épaisseur, mais ce sont surtout les quatre rangées d’archères, comptant 130 brèches, qui font la plus grande impression. Elles sont très proches les unes des autres pour permettre aux soldats d’ouvrir le feu sur l’ensemble du terrain devant eux. La barbacane est couronnée de mâchicoulis – c’est-à-dire d’une galerie dotée de postes de tir et d’ouvertures dans le plancher par lesquels on pouvait renverser sur les attaquants de l’eau bouillante, du goudron ou de tirer.

Lire plus

Cette page utilise des cookies. En restant sur cette page, vous acceptez l’utilisation de cookies.

Je suis d’accord.